Drapeaux canadien-français et franco-ontarien    
Accueil
Plan du Site
   
  LA PRÉSENCE FRANÇAISE EN ONTARIO : 1610, PASSEPORT POUR 2010  
  Montage de photos  
                 

 

OCCUPATION DU TERRITOIRE

 

 

 

Les lieux d’établissement

Le Sud, plus précisément la région de Windsor, est la seule région de l'Ontario dont le peuplement francophone remonte au Régime français. Une véritable colonie française existe sur le site de l'actuelle ville de Windsor au moment de la Conquête britannique et se maintient par la suite. À partir de ce noyau de départ, la population francophone de la région de Windsor s'est accrue au XIXe siècle par l'arrivée de Canadiens français originaires de la vallée du Saint-Laurent, venus profiter de la disponibilité de terres fertiles dans la péninsule des Grands Lacs. D'autres se sont dirigés vers la région de Penetanguishene, dans l'ancienne Huronie où s'était déroulée l'épopée des missionnaires jésuites au tout début du Régime français. Quelques anciens voyageurs, autrefois à l'emploi des compagnies de traite des fourrures, tentaient déjà d'y cultiver quelques terres, mais la majorité des francophones de cette région sont les descendants de Canadiens français venus de la vallée du Saint-Laurent vers le milieu du XIXe siècle. Pendant que plusieurs profitent de la croissance agricole de la péninsule ontarienne pour s'établir sur des terres, d'autres sont attirés par la croissance industrielle qui ne manque pas d'être stimulée par la productivité agricole. À Toronto, Hamilton, Windsor, Welland et dans de nombreuses autres villes industrielles, les Canadiens français s'intègrent dans différents secteurs manufacturiers. Aujourd'hui, après plusieurs décennies de fortes migrations internationales, les francophones des grandes villes de l'Ontario ne sont pas uniquement de souche canadienne-française. Ils viennent aussi d'Haïti, d'Europe, d'Afrique et d'Asie. Dans l'Est, les Canadiens français envahissent la rive Sud de la rivière des Outaouais à partir du milieu du XIXe siècle. L'industrie du bois et l'agriculture, de même que la croissance d'Ottawa, ont été le moteur de ce mouvement migratoire qui a donné aux comtés de Prescott et Russell une population majoritairement francophone. L'Est, avec Ottawa, centre institutionnel important pour les francophones, est à coup sûr un pilier de la francophonie ontarienne. Plus tardivement, mais tout aussi sûrement, les francophones gagnent ensuite le Nord de l'Ontario, dès que cette région est ouverte à la colonisation par la construction des grands réseaux de chemins de fer transcontinentaux, à partir des années 1880. Dans l'axe Cochrane-Kapuskasing-Hearst, le mouvement de colonisation et de retour à la terre prôné par les élites canadiennes-françaises dans la première moitié du XIXe siècle contribue à la constitution d'un peuplement majoritairement francophone. L'éloignement et les particularités économiques du Nord, avec son développement axé sur la forêt et les mines, sont des éléments importants de l'identité spécifique de sa population francophone.

L'occupation d'un vaste territoire
Les missions, les postes et les forts

Le Sud
La région de Windsor
L'ancienne Huronie
La ville de Toronto
La région de Welland

L'Est
De Cataracoui à Kingston
La vallée de l'Outaouais
La ville d'Ottawa

Le Nord
La colonisation du Nord de l'Ontario

OCCUPATION DU TERRITOIRE

 

   
                 
       
Fiches pédagogiques / Bibliographie
     
                 
     
Logo Crccf
   

 

     

Commentaires ou questions ? crccf@uottawa.ca
Dernières modifications : 2003.03.31

© Université d'Ottawa.
Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), 2003