Drapeaux canadien-français et franco-ontarien    
Accueil
Plan du Site
   
  LA PRÉSENCE FRANÇAISE EN ONTARIO : 1610, PASSEPORT POUR 2010  
  Montage de photos  
                 

 

OCCUPATION DU TERRITOIRE

Les lieux d'établissement

   L'occupation d'un vaste territoire

      Les missions, les postes
      et les forts

 

 

Évangéliser, commercer et se défendre

Une bonne quinzaine d'années s'écoulent avant que les Français tentent à nouveau de fonder des établissements dans les Pays d'en haut, après la destruction de la Huronie en 1649. Pendant ces années difficiles, le conflit avec les Iroquois fait des ravages dans la colonie. En 1665, les autorités françaises contribuent grandement à améliorer le sort de la Nouvelle-France en y envoyant le régiment de Carignan-Salières qui a pour principal objectif de débarrasser la petite colonie française de la menace iroquoise. Quelques raids importants convainquent les Iroquois qu'il vaut mieux composer avec les Français. Ils réclament même des missionnaires et sur la rive Nord du lac Ontario, ce sont les Messieurs de Saint-Sulpice, les Sulpiciens, qui répondent à l'appel. Ils fondent la mission de Quinté (Toronto), une mission qui sera finalement abandonnée en 1682 quand les Iroquois quittent la région pour de nouveaux territoires de chasse. À la même période les Jésuites reprennent leur activité missionnaire. Certains se rendent en Iroiquoisie, au Sud du lac Ontario, pendant que d'autres poussent leurs expéditions vers l'ouest et fondent des missions sur les rives des Grands Lacs, la plupart du côté Sud de la frontière actuelle entre les États-Unis et le Canada. En cette deuxième moitié du XVIIe siècle, les expéditions françaises se concentrent vers le sud-ouest, à la recherche de la mer du Sud, le long du Mississipi. L'empire commercial français, basé sur la traite des fourrures, repousse toujours plus loin ses limites et il apparaît nécessaire de militariser ce territoire. Les forts du Régime français ont une triple mission : empêcher les Anglais d'accaparer le commerce des fourrures, servir de lieux de traite et, selon une expression de l'époque, « contenir les Sauvages dans le respect ». Le rôle des missionnaires est de faire des Autochtones de bons sujets catholiques et français. Les fonctions commerciales, militaires et souvent religieuses se confondent en un même lieu.

Une chaîne de forts-comptoirs

Les missions, les postes et les forts

 
   
                 
       
Fiches pédagogiques / Bibliographie
     
                 
     
Logo Crccf
   

 

     

Commentaires ou questions ? crccf@uottawa.ca
Dernières modifications : 2003.11.01

© Université d'Ottawa.
Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), 2003