Drapeaux canadien-français et franco-ontarien    
Accueil
Plan du Site
   
  LA PRÉSENCE FRANÇAISE EN ONTARIO : 1610, PASSEPORT POUR 2010  
  Montage de photos  
                 

 

OCCUPATION DU TERRITOIRE

Les lieux d’établissement

  Le Sud

 

 

La région de Welland

Il s'est trouvé peu de francophones pour s'établir dans la péninsule du Niagara avant le début du XXe siècle. Quelques francophones arrivant d'Europe se sont mêlés, pour la plupart brièvement, aux Loyalistes et aux représentants des différentes ethnies qui développent la région au XIXe siècle, surtout après la guerre de 1812 et le règlement définitif de la frontière entre les États-Unis et le Canada. Au milieu du XIXe siècle, on y retrouve quelques prêtres français fournissant les services religieux à la population catholique. Ce n'est que vers 1911 que des francophones se retrouvent en nombres significatifs au Sud-Est de la péninsule ontarienne. Certains participent aux travaux de construction du canal Welland. On en retrouve également à l'emploi des usines de guerre de la région lors de la Première Guerre mondiale. Vers 1920, un mouvement migratoire important relie la région de Québec à Welland en Ontario, quand l'Empire Cotton Mill attire dans la péninsule des familles canadiennes-françaises, venant surtout de Saint-Grégoire-de-Montmorency, pour travailler dans l'industrie textile. Le « boom » industriel, qui caractérise la région à partir de la Deuxième Guerre mondiale, attire ensuite des Canadiens français de différents horizons (du Nord et de l'Est de la province, du Québec ou des Maritimes). Ils viennent travailler dans l'industrie métallurgique et l'industrie pétrochimique, dans la construction des complexes hydroélectriques et dans le secteur des services. En 1941, les personnes d'origine ethnique française des comtés de Welland et de Lincoln sont au nombre de 6 310. Ils ne représentent cependant que 3,9 % de la population totale et seulement 49,1 % de ces francophones ont encore le français pour langue maternelle. Cependant, des francophones très actifs, conscients de la fragilité du fait français dans la région, se sont assurés d'y faire naître et grandir des institutions propres à nourrir l'identité culturelle française : paroisses, Société Saint-Jean-Baptiste, les caisses populaires, etc.

De Saint-Grégoire-de-Montmorency, Québec, à Welland, Ontario

Les lieux d'établissement

 
   
                 
       
Fiches pédagogiques / Bibliographie
     
                 
     
Logo Crccf
   

 

     

Commentaires ou questions ? crccf@uottawa.ca
Dernières modifications : 2003.11.01

© Université d'Ottawa.
Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), 2003