Drapeaux canadien-français et franco-ontarien    
Accueil
Plan du Site
   
  LA PRÉSENCE FRANÇAISE EN ONTARIO : 1610, PASSEPORT POUR 2010  
  Montage de photos  
                 

 

OCCUPATION DU TERRITOIRE

Les lieux d’établissement

  L'Est

 

 

De Cataracoui à Kingston

La ville de Kingston a des origines françaises et quand on les évoque, le nom de l'explorateur Robert Cavelier de La Salle est au premier plan. C'est sous ses ordres qu'est bâti le premier fort Frontenac, aussi appelé le fort Cataracoui. Il est aussi le premier commandant de cet établissement. Pendant presque cent ans, jusqu'à ce que le Canada passe aux mains des Britanniques en 1763, l'établissement connaît des hauts et des bas mais demeure un lieu autour duquel s'organise une vie française. L'une des batailles importantes de la guerre de la Conquête se déroule précisément au fort Frontenac et se solde par la défaite des Français. Sous le Régime français, la population française de cet établissement se compose principalement d'une population en transit (coureurs de bois, soldats, engagés, etc.). La chute de la colonie française entraîne le départ de la plupart des habitants. Mais l'histoire de la présence française à Kingston ne prend pas fin avec la conquête du pays par l'Angleterre. Les francophones ne sont pas très nombreux à Kingston mais ils ont pris une part active au développement de cette ville qui a été la capitale des deux Canadas de 1840 à 1843 (Canada-Uni, 1840-1867). Des églises catholiques bâties de leurs mains, la présence de congrégations religieuses venues du Québec et les activités du Club Champlain, un club social voué à l'avancement, à la protection et au bien-être des francophones, sont des exemples qui témoignent d'une vie française à Kingston.

Le fort Cataracoui ou Frontenac

Une seigneurie sans peuplement permanent

La Conquête britannique

Kingston et la survivance française

L'Est

 
   
                 
       
Fiches pédagogiques / Bibliographie
     
                 
     
Logo Crccf
   

 

     

Commentaires ou questions ? crccf@uottawa.ca
Dernières modifications : 2003.11.01

© Université d'Ottawa.
Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), 2003