Drapeaux canadien-français et franco-ontarien    
Accueil
Plan du Site
   
  LA PRÉSENCE FRANÇAISE EN ONTARIO : 1610, PASSEPORT POUR 2010  
  Montage de photos  
                 

 

OCCUPATION DU TERRITOIRE

Les lieux d’établissement

   L'Est

      La vallée de l'Outaouais

 

 

La colonisation de l'Est ontarien

La colonisation sur le territoire des comtés de l'Est ontarien débute avec l'arrivée des loyalistes après la guerre de l'Indépendance américaine (1776-1783). Les autorités britanniques, soucieuses de protéger la frontière avec le nouvel État indépendant, favorisent l'installation des colons loyalistes dans la région comprise entre New Johnston (Cornwall) et Kingston. Les loyalistes sont bientôt rejoints par d'autres groupes d'immigrants d'origine britannique et la colonisation s'étend aux comtés de Prescott et Russell, dès les années 1790, puis Carleton et Lanark au début du XIXe siècle. Ces colons d'origine britannique arrivent sur un territoire encore à peu près inexploité. Une seigneurie avait bien été concédée sous le Régime français à L'Original (seigneurie de la Nouvelle Longueil), sur les bords de la rivière des Outaouais, mais n'avait pas été mise en valeur. Cette première vague de colonisation donne des résultats limités. Les terres des comtés de Prescott et Russell, marécageuses et difficiles à cultiver, attirent peu les colons d'origine britannique. Bien que les Canadiens français commencent à s'y établir dans la première moitié du XIXe siècle, c'est surtout à partir de 1850 qu'ils arrivent en grands nombres, en provenance des comtés de l'Ouest du Bas-Canada (Deux-Montagnes, Vaudreuil et Soulanges). Les francophones, d'abord minoritaires, deviennent majoritaires dans la plupart des établissements de Prescott et Russell entre 1851 à 1871. Le mouvement migratoire est particulièrement fort de 1851 à 1881, puis ralentit mais demeure important de 1881 à 1921. Pendant cette période de forte croissance de la population canadienne-française, de nombreux centres ruraux ou villageois de l'Est ontarien connaissent un développement florissant : Alexandria, Casselman, Embrun, L'Orignal, Plantagenet. La force du nombre se traduit avec le temps par une accession aux postes de direction des pouvoirs publics. En 1941, les Canadiens français représentent plus de 80 % de la population de Prescott et Russell. Plusieurs facteurs se conjuguent pour favoriser ce mouvement de colonisation, qui modifie complètement la composition socio-linguistique des comtés de Prescott et Russell.

Le développement économique de la région

Le mouvement de colonisation piloté par l'Église catholique

La vallée de l'Outaouais

 
   
                 
       
Fiches pédagogiques / Bibliographie
     
                 
     
Logo Crccf
   

 

     

Commentaires ou questions ? crccf@uottawa.ca
Dernières modifications : 2003.11.01

© Université d'Ottawa.
Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), 2003