Drapeaux canadien-français et franco-ontarien    
Accueil
Plan du Site
   
  LA PRÉSENCE FRANÇAISE EN ONTARIO : 1610, PASSEPORT POUR 2010  
  Montage de photos  
                 

 

OCCUPATION DU TERRITOIRE

Les facteurs économiques

   L'exploitation des ressources
   forestières et minières

 

 

Le nickel et le cuivre

Dès 1856, des travaux d'arpentage effectués dans la région du lac Nipissing montrent la présence de nickel et de cuivre. Les difficultés d'accès à la région retardent cependant l'exploitation de ces ressources. En 1883, les équipes de construction du chemin de fer Canadien Pacifique atteignent la rive Nord du lac Nipissing. La découverte accidentelle, par les ouvriers du chemin de fer, de riches dépôts de cuivre marque le début de l'aventure minière dans le Nord de l'Ontario. Dès ses origines, le tiers de la population de Sudbury est constituée de Canadiens français, une proportion qui s'est maintenue par la suite. Copper Cliff, à huit kilomètres à l'Ouest de Sudbury et bastion franco-ontarien, est le théâtre du premier « boom » minier. La Canadian Copper Company, fondée en 1885, y lance ses opérations et produit, dès 1890, 118 000 tonnes de minerai. L'exploitation du cuivre nécessite une opération de purification du minerai, qui consiste à faire brûler pendant deux mois des couches de minerai étendues entre des piles de billots de bois. Le produit obtenu est un minerai de cuivre et de nickel que l'on exporte aux États-Unis et qui sert à l'industrie de l'armement. Cette opération, qui s'appelle le frittage, cause le déboisement total de la région et une pollution énorme par les vapeurs de soufre et d'arsenic qui tuent toute la végétation. Sudbury prend ainsi l'aspect lunaire qu'on lui connaît pendant presque tout le XXe siècle, jusqu'à ce que des mesures exceptionnelles permettent à la verdure de renaître. L'exploitation forestière va donc de pair avec l'industrie minière et les Canadiens français participent aux deux activités. La production du cuivre-nickel, comme celle de tout minerai qu'il faut extraire loin dans le sous-sol, exige de lourds capitaux. Elle est l'ouvre de grandes compagnies à capitaux américains, comme la Canadian Copper Company devenue la International Nickel Company (INCO). Employant 708 hommes en 1890, la production de cuivre-nickel de la région de Sudbury en occupe 3 512 en 1913. En 1918, la Première Guerre mondiale ayant considérablement stimulé la production, les mines surpassent la forêt comme principale industrie de la région.

L'exploitation des ressources forestières et minières

 
   
                 
       
Fiches pédagogiques / Bibliographie
     
                 
     
Logo Crccf
   

 

     

Commentaires ou questions ? crccf@uottawa.ca
Dernières modifications : 2003.11.01

© Université d'Ottawa.
Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), 2003