Drapeaux canadien-français et franco-ontarien    
Accueil
Plan du Site
   
  LA PRÉSENCE FRANÇAISE EN ONTARIO : 1610, PASSEPORT POUR 2010  
  Montage de photos  
                 

 

OCCUPATION DU TERRITOIRE

Les facteurs économiques

   L'industrialisation et l'éclosion du    secteur des services

 

 

L'ère de la grande industrie

Le décollage industriel que vit l'Ontario à la fin du XIXe siècle a une incidence sur la participation des Canadiens français à l'activité économique générale. Certains mouvements migratoires de Canadiens français sont directement reliés à l'existence d'une usine ou d'une industrie exploitée par le grand capital. À Toronto, vers 1880, une compagnie réussit à attirer un groupe d'ouvriers du cuir montréalais. L'industrie du textile attire d'autres Canadiens français à Cornwall à la même époque. C'est aussi les possibilités d'emploi dans l'industrie du textile qui attirent à Welland une vingtaine de familles canadiennes-françaises en 1918. Elles arrivent de Saint-Grégoire de Montmorency au Québec, où elles ouvraient déjà dans l'industrie textile. Le secteur des pâtes et papiers connaît un développement important au tournant du siècle. Quoiqu'on trouve des usines de pâtes et papiers ailleurs en Ontario, à Cornwall par exemple, c'est dans le Nord que ce secteur d'activités a le plus de poids dans l'économie régionale. L'hydro-électricité fournit à l'industrie les moyens technologiques nécessaires à son expansion. Le XXe siècle voit enfin naître d'autres grands secteurs industriels où les francophones prennent encore leur place, comme l'industrie automobile dans la région de Windsor ou la pétrochimie à Sarnia. À Ottawa, le secteur de la construction est fortement stimulé par les besoins croissants de la jeune capitale canadienne. Ces activités ont un effet d'entraînement sur l'Est ontarien où les carrières, les briqueteries et les fours à chaux fournissent les divers chantiers en matériaux de construction. Les activités liées à la transformation du bois demeurent importantes à Ottawa jusqu'au début du XXe siècle. Hamilton et Toronto s'affirment rapidement comme des centres industriels d'importance abritant un large éventail d'entreprises de production, allant de l'industrie lourde aux fabriques de biens de consommation courante. Grâce à l'attrait qu'exerce l'activité économique, la population francophone de ces villes augmente mais demeure cependant peu importante en proportion de la population totale. Il est généralement admis que les Canadiens français y ont surtout occupé des emplois non spécialisés.

L'industrialisation et l'éclosion du secteur des services

 
   
                 
       
Fiches pédagogiques / Bibliographie
     
                 
     
Logo Crccf
   

 

     

Commentaires ou questions ? crccf@uottawa.ca
Dernières modifications : 2003.11.01

© Université d'Ottawa.
Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), 2003