Drapeaux canadien-français et franco-ontarien    
Accueil
Plan du Site
   
  LA PRÉSENCE FRANÇAISE EN ONTARIO : 1610, PASSEPORT POUR 2010  
  Montage de photos  
                 

 

OCCUPATION DU TERRITOIRE

L'habitat et la vie quotidienne

   La vie dans les villes minières
   et industrielles

 

 

La vie dans les mines

Le travail dans les mines s'exerce dans des conditions d'abord très difficiles et très dangereuses. La vie des mineurs est particulièrement risquée dans les vingt premières années du « boom » minier de Cobalt (de 1903 aux années 1920). Les compagnies se lancent dans l'aventure minière sans grande précaution quant à la santé et la sécurité des travailleurs, pressées de retirer de gros profits de leur investissement. À cette époque, l'équipement du mineur est rudimentaire : un pic, une pelle, une foreuse manuelle et un marteau, des madriers et une brouette. Son habillement, tout aussi simple et peu propice à le protéger du danger, ne diffère de celui des autres travailleurs de l'époque que par la présence d'une chandelle sur son chapeau quand il travaille sous terre : vêtements de coton (chemise et pantalon avec bretelles ou salopette), bottes en cuir et en caoutchouc, chapeau de feutre. Dans les mines de nickel de la région de Sudbury, les chevaux sont d'abord mis à contribution pour tirer les wagons de minerai. L'électricité, installée dès 1903 dans les mines et les fonderies de la région de Sudbury, permet bientôt l'utilisation des locomotives électriques qui remplacent les chevaux. Quant au casque de sécurité en matériau rigide, muni d'une lampe électrique, il n'est adopté que durant les années 1920. La santé et la sécurité au travail font cruellement défaut. La poussière soulevée par les foreuses, jointe à l'humidité, cause la mort des mineurs par l'empoisonnement graduel et les maladies respiratoires. Ce n'est qu'en 1919, que des règlements provinciaux obligent les compagnies à améliorer la ventilation des galeries souterraines. Quant aux foreuses munies d'un dispositif pour abattre la poussière, elles font leur apparition à partir de 1914 mais les compagnies tardent à les acquérir, hésitant devant leur coût élevé. Les accidents de toutes sortes sont nombreux. La mauvaise qualité des explosifs cause des accidents mortels. La pollution, causée par les émanations sulfureuses qui se dégagent du grillage (« smeltage ») du minerai de cuivre et les déversements de résidus miniers, affecte non seulement les mineurs mais toute la population de la région de Sudbury. Lentement et graduellement, les pressions exercées par les organisations syndicales et par la population en général entraînent heureusement de nombreuses améliorations aux conditions de vie et de travail des populations des villes minières.

La maison du mineur et de sa famille

La vie dans les villes minières et industrielles

 
   
                 
       
Fiches pédagogiques / Bibliographie
     
                 
     
Logo Crccf
   

 

     

Commentaires ou questions ? crccf@uottawa.ca
Dernières modifications : 2003.11.01

© Université d'Ottawa.
Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF), 2003